Saut au contenu
Mostrar/ocultar menú principal de navegación [fr]

Gendea

Conteneur d'applications
Agrégateur de contenus
Conteneur d'applications
Affichage de contenus web

Dans une ville comme Hernani, où le cidre fait partie de l’essence de sa culture et de son économie, rien d’étonnant à ce que la txalaparta bénéficie aussi de journées spécialement dédiées à cet instrument et à la culture qui en découle.

Pendant 3 jours, le ttakun de la txalaparta réunira des txalapartaris, des étudiants et des passionnés de cet instrument.

Le samedi, des écoles de txalaparta de diverses origines se rencontrent et assurent leurs prestations et/ou improvisations. Elles offrent de la musique et permettent à leurs élèves de jouer dans la rue.

L’après-midi s’ouvre le festival où les groupes de txalaparta partagent leurs sessions.

La Txalaparta, qu’est-ce ?

C’est un instrument à percussion d’origine basque joué par deux personnes qui intercalent des coups percussifs pour composer ensemble le rythme de la txalaparta.

En réalité, le terme txalaparta désigne la manière de jouer ou le jeu qui se produit entre ces deux personnes.

La txalaparta comprend deux supports et des planches, traditionnellement en bois, que l’on frappe avec des bâtons en bois ou makilas (deux par txalapartari).

L’une des principales caractéristiques de la txalaparta est qu’il s’agit d’un instrument d’improvisation. L’une des personnes du duo de txalapartaris reçoit le nom de Ttakun (joueur qui établit l’ordre ou l’équilibre). Ce mot désigne aussi un type de coup.

Les coups se succèdent dans le temps, de sorte qu’ils laissent des intervalles à l’autre personne pour les remplir à volonté. Cette deuxième personne reçoit le nom d’Herrena (boiteux/boiteuse) et pourra choisir entre faire un ttakun (deux coups), un herrena (un coup) et hutsune (aucun).

Origine de la Txalaparta

À l’exemple de ce qui se fait dans d’autres cultures du monde, la txalaparta est un instrument à percussion lié au travail, concrètement à la fabrication du cidre.

Autrefois, après avoir broyé les pommes pour l’élaboration du cidre, la coutume voulait que l’on organisât un dîner. À l’issue de celui-ci, on faisait sonner la txalaparta en guise de signal pour inviter les gens des alentours à se joindre à la fête qui se prolongeait jusque tard dans la nuit.

Il était aussi utilisé en milieu rural pour avertir, le jour même ou quelques jours avant, que l’on allait célébrer un mariage et les festivités qui l’accompagnent.

Conteneur d'applications
Agrégateur de contenus